Conférence de presse devant l’Assemblée Nationale

Plusieurs dizaines de communes ont pris des arrêtés anti-pesticides ces derniers jours, depuis l’initiative du maire courage de Langouët, Daniel Cueff. En multipliant les arrêtés anti-pesticides, les maires entendent durcir la réglementation en matière d’épandage des pesticides près des habitations.

A l’invitation de Michèle Rivasi (députée européenne, initiatrice de la commission Pest au Parlement européen, agrégée et diplômée de l’Ecole Normale supérieure en biologie) une conférence de presse est organisée mardi 10 septembre à 10h30 devant l’assemblée nationale.

Vous pourrez suivre cette conférence de presse en Facebook Live mardi 10 à 10h30 depuis la page de Michèle Rivasi :

https://www.facebook.com/michele.rivasi.1/

Conférence de presse mardi 10 septembre

10h30 Bureau du Parlement européen à Paris (288, bd St Germain M° Assemblée nationale)

En présence de :

  • Daniel Cueff  (Maire de Langouët, jugé suite à son arrêté)
  • Brigitte REYNAUD (Maire de Revest les Brousses, ayant pris un arrêté)
  • Christian Métairie (Maire d’Arcueil, Vice-Président du Conseil Départemental du Val de Marne)
  • Corinne Lepage (ancienne Ministre de l’environnement, présidente de Justice Pesticides, avocate de maire ayant pris des arrêtés)
  • Eva Joly (avocate, co-auteure du recours devant le Conseil d’État qui a annulé l’arrêté « pesticides », jugé insuffisamment protecteur de la santé et de l’environnement)
  • Delphine Batho (ex Ministre de l’écologie, députée, présidente de Génération Ecologie)
  • Joël Labbé (sénateur, initiateur de la loi de 2015 sur l’interdiction des pesticides dans les communes)
  • Loïc Prudhomme (député La France Insoumise)
  • Marie-Monique Robin (journaliste d’investigation, réalisatrice et écrivaine, Le Monde selon Monsanto…)
  • André Cicolella (toxicologue, chercheur en santé environnementale et fondateur du Réseau Environnement Santé)
  • Nadine Lauverjat (Coordinatrice de Générations futures)
  • Serge Le Quéau (syndicaliste, défenseur des victimes de Triskalia, co-fondateur de l’association des victimes des pesticides de l’ouest)
  • Stephen Kerckhove (Délégué général d’Agir pour l’environnement)

La toxicité de ces produits chimiques est établie par la communauté scientifique, aussi bien pour ceux et celles qui cultivent la terre que pour la population et les écosystèmes.

Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant.

Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans; la moitié des papillons en vingt ans; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. C’est un monde vivant qui s’efface et nos printemps deviennent silencieux.

Les pesticides ne sont pas à eux seuls le problème. Le problème, c’est le modèle agricole qui les rend incontournables. Un modèle intensif et destructeur, dont le dernier rapport du Giec a montré qu’il ravage la vie sur terre, épuise et pollue les sols, précarise les agriculteurs, et nous nourrit à la fois mal et inégalement.

Le gouvernement prétend régler la question de l’empoisonnement par les pesticides avec une loi réglementant «l’épandage à trop grande proximité des maisons» en mettant des zones tampons de 3 mètres. Mais c’est en fait tout le système agricole qu’il faut transformer, et vite, si nous voulons avoir une chance d’habiter dignement cette planète. Et cela passe par une sortie programmée et rapide des pesticides de synthèse !

C’est l’objectif qu’il faut nous assigner.